28/11/2010

Les yeux

 

ENFANT YEUX BLEU AVEC CAPUCHE.png

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,

Des yeux sans nombre ont vu l'aurore ;

Ils dorment au fond des tombeaux,

Et le soleil se lève encore.

 

Les nuits, plus douces que les jours,

Ont enchanté des yeux sans nombre ;

Les étoiles brillent toujours,

Et les yeux se sont remplis d'ombre.


Oh  ! qu'ils aient perdu le regard,

Non, non, cela n'est pas possible !

Ils se sont tournés quelque part,

Vers ce qu'on nomme l'invisible ;

 

Et comme les astres penchant

Nous quittent, mais au ciel demeurent,

Les prunelles ont leurs couchants ;

Mais il n'est pas vrai qu'elles meurent.

 

Bleu ou noirs, tous aimés, tous beaux,

Ouverts à quelque immense aurore,

De l'autre côté des tombeaux

Les yeux qu'on ferme voient encore.


Sully Prud'homme (1839-1907)


Het Witte Elfenheksje

27/11/2010

Le printemps reviendra...

 

nounours blanc qui dort.jpg

 

Le personnel du magasin "Brico" de Péruwelz a eu la gentillesse de me permettre de photographier leurs décorations de noël ... Merci à toute l'équipe !!!


Le printemps reviendra


Hé oui, je sais bien qu'il fait froid,

Que le ciel est tout de travers ;

Je sais que ni la primevère

Ni l'agneau ne sont encor là.

 

La terre tourne ; il reviendra,

Le printemps, sur son cheval vert.

Que ferait le bois sans pivert,

Le petit jardin sans lilas ?

 

Oui, tout passe, même l'hiver,

Je le sais par mon petit doigt

Que je garde toujours en l'air...

 

Maurice Carême (1899-1978)


Het Witte Elfenheksje

09/11/2010

Couleurs d'automne dans mon jardin

DSCN0279.JPG

Tu m'a trouvé trop vite Witte Elfenheksje , tu n'as pas compté jusqu'a dix...

Allez, on recommence !!!

DSCN0283.JPG

Joli feuillage d'un hammamélis...

DSCN0284.JPG

DSCN0286.JPG

Petit feuillage du cotonnéaster

DSCN0294.JPG

Petite victime de la mare, pauvre petit hérisson ...

DSCN0295.JPG

DSCN0318.JPG

Berberis doré

DSCN0321.JPG

Le peuplier tremble devant la maison est devenu trop grand et va être abattu cet hiver, à mon grand regret !!!

DSCN0333.JPG

Het Witte Elfenheksje

01/11/2010

Chants du crépuscule

femme a la colombe françois boucher.jpg

Femme à la colombe de François Boucher

 

Chants du crépuscule

 

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;

Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli ;

Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine

De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli ;

 

Puisqu'il me fut donné de t'entendre me dire

Les mots où se répand le coeur mystérieux ;

Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourire

Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ;

 

Puisque j'ai vu briller sur ma tête ravie

Un rayon de ton astre, hélas ! voilé toujours ;

Puisque j'ai vu tomber dans l'onde de ma vie

Une feuille de rose arrachée à tes jours ;

 

Je puis maintenant dire aux rapides années :

- Passez ! passez toujours ! je n'ai plus à vieillir.

Allez-vous-en avec vos fleurs toutes fanées ;

J'ai dans l'âme une fleur que nul ne peut cueillir.

 

Votre aile en le heurtant ne fera rien répandre

Du vase où je m'abreuve et que j'ai bien rempli.

Mon âme a plus de feu que vous n'avez de cendre !

Mon coeur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli !

 

Victor Hugo (1802-1885)


Het Witte Elfenheksje