06/12/2010

Les elfes

 

ELFE HEKSJE.jpg

Couronnés de thym et de marjolaine ,

Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

 

Du sentier des bois aux daims familier,

Sur un noir cheval, sort un chevalier.

Son éperon d'or brille en la nuit brune;

Et, quand il traverse un rayon de lune,

On voit resplendir, d'un reflet changeant,

Sur sa chevelure un casque d'argent.

 

Couronnés, de thym et de marjolaine,

Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

 

Ils l'entourent tous d'un essaim léger

Qui dans l'air muet semble voltiger.

- Hardi chevalier, par la nuit sereine,

Où vas-tu si tard ? dit la jeune Reine.

De mauvais esprits hantent les forêts ;

Viens danser plutôt sur les gazons frais.

 

Couronnés de thym et de marjolaine,

Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

 

- Non ! ma fiancée aux yeux clairs et doux

M'attend, et demain nous serons époux.

Laissez-moi passer, Elfes des prairies,

Qui foulez en rond les mousses fleuries ;

Ne m'attendez pas loin de mon amour,

Car voici déjà les lueurs du jour.

 

Couronés de thym et de marjolaire,

Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.


- Reste, chevalier. Je te donnerai

L'opale magique et l'anneau doré,

Et, ce qui vaut mieux que gloire et fortune,

Ma robe filée au clair de la lune.

- Non ! dit-il. - Va donc ! Et de son doigt blanc

Elle touche au coeur le guerrier triomphant.

 

Couronnés de thym et de marjolaine,

Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

 

Et sous l'éperon le noir cheval part.

Il court, il bondit et va sans retard ;

Mais le chevalier frissonne et se penche ;

Il voit sur la route une forme blanche

Qui marche sans bruit et lui tend les bras :

- Elfe, esprit, démon, ne m'arrête pas !

 

Couronnés de thym et de marjolaine,

Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

 

Ne m'arrête pas, fantôme odieux !

Je vais épouser ma belle aux doux yeux.

- Ô mon cher époux, la tombe éternelle

Sera notre lit de noce, dit-elle.

Je suis morte ! Et lui, la voyant ainsi.

D'angoisse et d'amour tombe mort aussi.

 

Couronnés de thym et de marjolaine,

Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

 

Charles Marie Leconte De Lisle (1818-1894)

 

Het Witte Elfenheksje

20:33 Écrit par Nadine dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Quelle joli poème féérique et mélancolique.
Méfiez vous des elfes qui dansent ô chevalier pressé, prenez le temps de vivre.

Amitiés,
Marc

Écrit par : marc charlier | 06/12/2010

hello j'adore ce genre d histoire bon mardi bises

Écrit par : pat | 07/12/2010

hello j'adore ce genre d histoire bon mardi bises

Écrit par : pat | 07/12/2010

Bonjour chère Nadine,
Jolie histoire qui va bien en cette période.
Comment vas-tu ?
Toujours bien froid, on attend de nouveau des chutes de neige.
Il me semble que l'hiver sera bien long.
Nous ne ferons pas d'économie de chauffage.
Passe une très belle journée.
je t'embrasse bien fort.

Écrit par : Mousse | 08/12/2010

J'oublie de te dire, que ton image est magnifique !

Écrit par : Mousse | 08/12/2010

comme c'est beau...féérique a souhait
j'aime xxx

Écrit par : véronique | 09/12/2010

Les commentaires sont fermés.