27/01/2011

Nuit de neige

 

gelée.jpg

 

La plaine est blanche, immobile et sans voix.

Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.

Mais on entend parfois, comme une morne plainte.

Quelque chien sans abris qui hurle au coin d'un bois.


Plus de chansons dans l'air, sous nos pieds plus de chaumes.

L'hiver s'est abattu sur toute floraison.

Des arbres dépouillés dressent à l'horizon

Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.


La lune est large et pâle et semble se hâter.

On dirait qu'elle a froid dans le grand ciel austère.

De son morne regard elle parcourt la terre,

Et, voyant tout désert, s'empresse à nous quitter.


Et froids tombent sur nous les rayons qu'elle darde,

Fantastiques lueurs qu'elle s'en va semant.

Et la neige s'éclaire au loin, sinistrement,

Aux étranges reflets de la clarté blafarde.


Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !

Un vent glacé frissonne et court par les allées.

Eux, n'ayant plus l'asile ombragé des berceaux,

Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.


Dans les grands arbres nus que couvre le verglas

Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;

De leur oeil inquiet ils regardent la neige,

Attendant jusqu'au jour la nuit qui ne vient pas.


Guy De Maupassant (1850-1893)


Het Witte Elfenheksje

Commentaires

Bonjour Nadine.
j'espère que tu vas bien.
Très beau ce poème.Et bien oui l'hiver n'a pas dit son dernier mot mais profitons en pour prendre du repos.
Bon week end

Écrit par : Véro | 29/01/2011

hello joli poeme et jolie photo je te souhaite un bon dimanche bises

Écrit par : pat | 30/01/2011

Les commentaires sont fermés.