01/11/2010

Chants du crépuscule

femme a la colombe françois boucher.jpg

Femme à la colombe de François Boucher

 

Chants du crépuscule

 

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;

Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli ;

Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine

De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli ;

 

Puisqu'il me fut donné de t'entendre me dire

Les mots où se répand le coeur mystérieux ;

Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourire

Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ;

 

Puisque j'ai vu briller sur ma tête ravie

Un rayon de ton astre, hélas ! voilé toujours ;

Puisque j'ai vu tomber dans l'onde de ma vie

Une feuille de rose arrachée à tes jours ;

 

Je puis maintenant dire aux rapides années :

- Passez ! passez toujours ! je n'ai plus à vieillir.

Allez-vous-en avec vos fleurs toutes fanées ;

J'ai dans l'âme une fleur que nul ne peut cueillir.

 

Votre aile en le heurtant ne fera rien répandre

Du vase où je m'abreuve et que j'ai bien rempli.

Mon âme a plus de feu que vous n'avez de cendre !

Mon coeur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli !

 

Victor Hugo (1802-1885)


Het Witte Elfenheksje

25/06/2010

Le parfum

           RUMEUR HWE (394 x 395)

                        Le parfum

Lecteur, as-tu quelquefois respiré

Avec ivresse et lente gourmandise

Ce grain d'encens qui remplit une église,

Ou d'un sachet le musc invétéré ?


Charme profond, magique, dont nous grise

Dans le présent le passé restauré !

Ainsi l'amant sur un corps adoré

Du souvenir cueille la fleur exquise.


De ses cheveux élastiques et lourds,

Vivant sachet, encensoir de l'alcôve,

Une senteur montait, sauvage et fauve,


Et des habits, mousseline ou velours,

Tout imprégnés de sa jeunesse pure,

Se dégageait un parfum de fourrure.

                Charles Baudelaire (1821-1867)


Het Witte Elfenheksje

15/04/2010

L'oeil et l'oeillet

    

    l'oeil et l'oeillet

 

                    L'oeil et l'oeillet

L'oeillet grenat et l'oeillet mauve

Dans la chambre des jours heureux

De leur parfum font une alcôve

Pour mon amour dont l'oeil est bleu.


L'oeillet grenat et l'oeillet rose

A l'heure où  le baiser se prend

Parfument la main que je pose

Sur mon amour dont l'oeil est grand.


Si de mon amour l'oeil est triste

L'oeillet mauve et l'oeillet grenat

En leur parfum qui tant insiste


Raniment l'heure qui sonna

Et le geste qui vient se rendre

A mon amour dont l'oeil est tendre.

                                     Louise de Vilmorin


Het Witte Elfenheksje

13:53 Écrit par Nadine dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : oeillet, alcove, parfum, amour, louise de vilmorin |  Facebook |

02/03/2010

Un petit air de printemps

Hyacinthe bleue bord bleu (475 x 628)hwe

Un peu de soleil et les hyacinthes qui dégagent leur parfum , il y a déjà comme un début de printemps dans l'air...

Het  Witte Elfenheksje

22:25 Écrit par Nadine | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : hyacinthes, parfum, printemps, soleil |  Facebook |

12/02/2010

Puisque j'ai mis ma lèvre...

                coeur bleu gif

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;

Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli ;

Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine

De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli ;

                               bande coeur transparent gif

Puisqu'il me fut donné de t'entendre me dire

Les mots où se répand le coeur mystérieux ;

Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourire

Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ;

                               bande coeur transparent gif

Puisque j'ai vu briller sur ma tête ravie

 Un rayon de ton astre ! voilà toujours ;

Puisque j'ai vu tomber dans l'onde de ma vie

Une feuille de rose arrachée à tes jours ;

                              bande coeur transparent gif

Je puis maintenant dire aux rapides années :

- Passez toujours ! je n'ai plus à vieillir !

Allez-vous-en avex vos fleurs toutes fanées ;

J'ai dans l'âme une fleur que nul ne peut cueillir !

                                 bande coeur transparent gif

Votre aile en le heurtant ne fera rien répandre

Du vase où je m'abreuve et que j'ai bien rempli.

Mon âme a plus de feu que vous n'avez de cendre !

Mon coeur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli !

                                                Victor Hugo

                        val155

Het Witte Elfenheksje

01/01/2010

Figues d'automne

   plantes groupées (459 x 1573) recoupée

                  " A l'ombre d'un figuier"

La fleuriste m'a aimablement autoriser de photographier quelques bouquets de fleurs et de vous les offrir en attendant le printemps ...

                                              dyn006_original_75_75_gif_2622397_8ba92aa71cdf112757fd333873c92eeb

                    Figues d'automne.

Quel désir de remercier l'arbre

Quand je lève la main vers cette figue noire

à la robe ridée et fendillée de blanc,

Qui fléchît, consentante, et se penche en avant,

Alanbic de soleil et de sêve estivale.

Le ciel est bleu, très loin au dessus des nuages.

Tissu mêlé de gris et de vert jaunissant

Les arbres fatigués inclinent leur feuillage,

Les pétioles prêts à se rompre dégageant

de très petits bourgeons, espoir d'un nouvel âge.

Et quand, dans une ultime et gourmande bouchée

Craque la peau gonflée au parfum éclatant,

Je sens que cette figue, à l'automne arrachée,

Me promet un nouveau printemps.

                                          Jacques Laborel

Het Witte Elfenheksje

22/11/2009

Les arbres

Les arbres hwebbb

Dans l'azur de l'avril, dans le gris de l'automne,

Les arbres ont un charme inquiet et mouvant.

Le peuplier se ploie et se tord sous le vent,

Pareil aux corps de femme où le désir frisonne.

Sa grâce a des langueurs de chair qui s'abandonne,

Son feuillage murmure et frémit en rêvant,

Et s'incline, amoureux des roses du Levant.

Le tremble porte au front une pâle couronne.

Vêtu de clair de lune et de reflets d'argent,

S'effile le bouleau dont l'ivoire changeant

Projette des pâleurs aux ombres incertaines.

Les tilleuls ont l'odeur des âpres cheveux bruns,

Et des acacias aux verdures lointaines

Tombe divinement la neige des parfums.

                                              Renée Vivien

Het Witte Elfenheksje